• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Comité local de Bordeaux

AdA33, Jeudi 28 mars 2013 : Le BIEN COMMUN, un sujet de rencontre avec des jeunes autour de la publication de leur revue : SOS BIENS COMMUNS.

Revue SAVOIRS HUMAINS. Mars 2013.

SOS BIENS COMMUNS

Propriété Privée

Ce qui est à tout à out le monde

Ce qui ne se vend pas

L’eau ? L’air ? La forêt ? Les océans ?

La religion ? L’éducation ? Le savoir ?

 

Quelques articles à titre d’exemple :

  • Bien et bien commun : Hervé
  • 20000 lieues sous les mers, à qui appartiennent les océans : Marine
  • La soif : un mal commun : Cléo
  • La nourriture, bien commun ou marchandise ? Olivia
  • Le sacré, bien commun ou objet de commerce ? Chloé
  • L’éducation, bien commun (à part entière) : Siaka

 

Suite à la présentation du film Même la pluie de Iciar BOLLAIN,  lors d’une soirée débat lundi 11 février 2013 au cinéma Utopia de Bordeaux, les  élèves d’un lycée,  encadrés par leur professeur de philosophie et leur  documentaliste, ont réalisé la revue Savoirs Humains qu’ils  ont centrée sur le thème des Biens Communs[1]. Dans un deuxième temps, une rencontre avec les membres de l’AdA33 a été organisée  en vue de  provoquer un échange et un débat qui interpellent les idées, les points de vue, les actions.

 

Une grande partie des articles proposés par les lycéens abordent des thèmes comme la transformation en bien marchand des ressources naturelles indispensables aux besoins humains tels que l'oxygène, l’eau mais aussi l’alimentation en général, les espaces publics... D'autres articles soulèvent la question des biens immatériels, culturels, religieux : sont-ils de l'ordre de la propriété privée ou du bien commun ?

La réflexion sur le bien commun, qui peut de prime abord se définir comme s'opposant au bien marchand, a débordé la question des biens immatériels et posé celle des valeurs, des principes et des droits que se donne une société. Or, la société n'existe que parce que les hommes font et décident en commun.

Les membres de l'Appel des Appels (AdA33) ont participé à la réflexion à partir de contributions.

  • Martine a mis en lumière les principes et les actions de l’AdA sur le plan national et sur le plan local. Elle a expliqué comment la mobilisation du groupe girondin est passée d’une réflexion sur le bien public et notamment sur le service public à une réflexion sur le bien commun sans pour autant négliger les deux premiers points.
  • Érick, représentant de l'Appel des Appels au sein du mouvement Pour un audit citoyen (CAC33) a mis en lumière la fonction de mise en lien de l'Appel des Appels à d'autres formes d'action, avec la participation ici, de l’AdA33 aux audits menés auprès des instances politiques et administratives locales (municipales, départementales, régionales) en vue d’un assainissement des finances publiques.
  • Vincent s'est emparé de la question agricole, la posant tant sur le plan social (le mouvement des Sans-Terre au Brésil est mis en parallèle du mouvement des Bergers sans Terre dans les Pyrénées) que sur le plan biologique, en démontrant l'infiltration latente et souvent cachée des manipulations d'OGM dans des pratiques agricoles qui s'y trouvent ainsi aliénées.
  •  Annick a conclu en ouvrant sur quelques-unes des pistes de réflexion d’ordre politique qui se profilent dans le sillage de cette question du bien commun : la nécessaire implication de la responsabilité de chacun dans les affaires publiques, la valeur sociétale des biens immatériels que sont les pratiques culturelles en s'appuyant sur l'article de Jean-Paul Rathier « Donner du prix à la gratuité » et, par voie de conséquence, besoin de repenser l'institution.

Le temps a manqué, bien-sûr,  pour que le débat fasse le tour des questions. Mais cette rencontre qui s'est terminée en faisant référence aux questions posées par Émilie Piouffre sur le site web de l'Appel des Appels : L’appel chez les jeunes. Cette rencontre a présenté l'occasion d'un enrichissement mutuel qui peut, dès lors, faire son chemin dans le cadre des principes initiaux de la charte de l'appel des appels.

Liens vers des extraits de contributions : 



[1]                SOS, Propriété privée, Biens Communs, ce qui est à tout le monde. Ce qui ne se vend pas. Lot ? Clair ? La forêt ? Les océans ? La religion ? L'éducation ? Le savoir ? Élèves du lycée Elie Faure à Lormont, mars 2013.