MACRON SUR LE DIVAN 4/4. Le psychanalyste Roland Gori voit en Emmanuel Macron un Alcibiade ignorant le principe de castration, mis à nu par un double choc, Gilets jaunes et Covid.

Texte à l'initiative de notre ami Frédéric Pierru, à lire dans Le Monde

 

Revenant, dans une tribune au « Monde », sur la réception particulièrement houleuse de l’essai « Race et sciences sociales » de l’historien et du sociologue, un collectif d’universitaires, dont Irène Théry, Dominique Schnapper et Christian Baudelot, alerte sur les menaces qui pèsent sur les libertés académiques.

Face à une crise sanitaire qui est d’abord anthropologique, psychologique et humaine, les psychanalystes Samuel Dock et Roland Gori rappellent dans une tribune au « Monde » qu’on ne sauvera pas les nouvelles générations en sacrifiant les anciennes et en mettant qui que ce soit de côté

Le psychiatre franco-brésilien Carlos Parada appelle, dans une tribune au « Monde », à ne pas respecter les délais des brevets pour endiguer le plus vite possible l’épidémie, rappelant l’exemple du Brésil et de l’Inde, qui avaient distribué gratuitement le générique de l’AZT pour enrayer l’épidémie de sida.

En posant, la question des impostures et des vérités en art(s) à partir d’œuvres singulières, il s’agit de s’interroger sur la manière dont chaque artiste s’arrange ou dérange la « société de l’imposture » en proposant des formes de création inédites, en ayant par exemple recours dans leurs fictions : au plagiat, à la tromperie, au faux dans les productions proposées à leurs publics, pour transgresser de manière critique les impostures présentes dans l’ordinaire de nos vies. Ce colloque s’inscrit dans un cycle de recherches autour de l’histoire de la vérité initié en 2019-2020 par la journée d’études « Michel Foucault. Vérité et jeux de vérité » lors de la 5ème édition du Festival des arts et de la pensée : « Théâtre des Images », à l’université Bordeaux Montaigne.

Par Roland Gori, à lire dans Libération