Vendredi 22 mars 2019 de 18:00 à 21:30
Samedi 23 mars 2019 de 08:30 à 18:00

Lieu : École des Mines de Paris
60 bd Saint Michel, Paris 6e

Les Universités Populaires du Toursky, bien que différentes dans les arguments proposés, se ressemblent par l’excellence de leur tenue et des personnalités invitées à débattre.
En ce froid jeudi 31 janvier, un public nombreux et attentif accueille les participants Vincent de Gaulejac, professeur émérite à l’Université Paris VII-Diderot, président du Réseau International de Sociologie clinique, Robert Gelli, procureur général à la cour d’Aix-en-Provence, Karim Baïla, grand reporter et Roland Gori, professeur émérite des Universités, psychanalyste.
Richard Martin, Directeur du Théâtre, remercient les personnalités présentes ainsi que le public et rappelle qu’il y a un ‘Appel des appels’ lancé par Roland Gori et ses amis il y a un certain temps, d’une actualité époustouflante, et qu’il faudrait, de façon très large, signer cette pétition de ‘stop au gâchis humain’ en cliquant sur un lien www.appeldesappels.org et dont vous le texte se trouve à l’extérieur de la salle. Texte dont le théâtre fera une grande affiche installée dans le hall. Suit la lecture de la lettre ouverte d’Antoine Leiris, dont l’épouse a été assassinée lors de l’attaque du Bataclan le vendredi 13 novembre 2015.      

Vidéo du débat "L'hôpital malade du management ?" qui s'était tenu le 8 décembre dernier à Paris.

Texte paru dans le journal Libération, et à lire aussi ici.

Au-delà de la revalorisation des budgets, il est urgent de réhumaniser les lieux de soins de la psychiatrie et de la pédopsychiatrie ou de développer des accompagnements alternatifs. Professionnels, associations de familles sont appelés à participer le 22 janvier à Paris, à la manifestation «Debout pour le Printemps de la psychiatrie».

Depuis ce printemps 2018, les personnels des hôpitaux psychiatriques se mobilisent un peu partout en France. Leurs revendications se rejoignent : avoir les moyens d’accueillir et de soigner dignement les patients, l’amélioration des conditions de soins devant entraîner l’amélioration des conditions de travail.

Par Roland Gori, à lire dans Libération