Retrouvez tous les comités locaux de l'Appel des Appels dans toute la France

Cycle de Réunion-Débat de l'Appel des appels

Appel des appels

De la société de l’imposture au courage de la vérité

au temps du Covid 19

 

Vidéo de la réunion du 14 novembre à visionner ici

 

Nous avons eu la peste, la peste moderne, ce Covid-19 provoqué par le SARS-Cov-2 dont on espéra un temps, un temps seulement, que parti d’Asie il y retourne sans trop de pertes et de fracas. On avait oublié que cette « tempête parfaite » (Philippe Sansonetti) s’était fait précéder dès 2002-2003 du SRAS causé par le SARS-Cov, le MERS-CoV en 2012, de la Grippe H1N1 en 2009, et quelques temps avant encore en 1968 de la Grippe de Hong Kong, sans compter la longue liste des maladies infectieuses des pays dont on ne compte les morts que lorsqu’ils nous contaminent, VIH, Ebola, maladie du légionnaire, tuberculose résistante… Nous avons eu la peste et nous nous sommes empressés d’oublier que nous l’avons toujours. Pourtant, nous avons toujours su que le propre d’une épidémie est d’être endogène (Patrick Zylberman), pourtant nous avons toujours su que nombre de civilisations s’étaient effondrées par l’action conjointe de chocs environnementaux, climatiques ou épidémiques et par l’état d’impréparation des sociétés qui les subissaient. Nous avons voulu croire que le chapitre des maladies infectieuses était définitivement clos par les chimiothérapies et autres molécules formidables de notre modernité. Le monde n’est pas l’Afrique et les pays riches se pensaient à l’abri, derrière leur nouvelle ligne Maginot, celle d’une mondialisation heureuse et dynamique, prompte à l’expansion économique dans les territoires les plus reculés de la planète. Les Etats s’étaient convertis à cette doxa néolibérale, imposant à « leurs services publics des sévices privés » (Johann Chapoutot et Frederic Velut). Nous le savions et nous ne l’avons pas cru comme je l’ai développé dans mon dernier ouvrage. La pandémie du Covid-19 a mis au jour ce déni collectif en révélant nos points de fragilité et la démolition des dispositifs de soin chargés de les traiter. C’est de cette imposture-là dont il sera question. Face à cette imposture anthropologique pouvons-nous compter sur les sciences ou le journalisme ou les politiques pour avoir le courage de la vérité, la vérité de dire le retour des épidémies, la défaite des gouvernants, l’ignorance des savants et l’opportunisme des médias ?

Tel sera le fil conducteur de nos séances au cours de ce cycle. Ce fil conducteur, nous pourrions en exhumer la douloureuse portée par cette formulation : « dans une société du spectacle le vrai est un moment du faux ». Des mensonges d’Etat à la cacophonie des « experts » du spectacle, en passant par l’exemplaire éthique des « premiers de corvée », il nous faudra rappeler, à la manière d’Albert Camus, que pour lutter contre la « peste » rien ne vaut l’honnêteté » : « pour rien au monde je ne voudrais vous détourner de ce que vous allez faire, qui me parait juste et bon. Mais il faut cependant que je vous le dise : il ne s’agit pas d’héroïsme dans tout cela. Il s’agit d’honnêteté. C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté. […] Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier. »

 

Roland Gori, Marseille le 2 octobre 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES DEUX PREMIÈRES SÉANCES AURONT POUR THÈME :

 

Journalisme, politiques et scientifiques

à l’épreuve du Covid 19

 

 Avec la pandémie de covid 19, les media informent les citoyens en continu, pas un jour depuis mars 2020 sans nouvelles du virus et de tout ce qu’il produit du point de vue sanitaire, social et économique. Il est devenu notre compagnon de malheurs. Le virus est devenu organisateur social. Les hôpitaux exsangues résistent au prix, ne l’oublions pas, du quasi arrêt de toutes les autres activités médicales et de soin en général, et cela en « maltraitant » un personnel épuisé par les logiques austéritaires des manageurs. Une nouvelle manière de travailler, le télétravail, s’est étendue comme jamais,  tout comme les réunions virtuelles venues pallier à la distanciation physique, confinement oblige. L’homme numérique n’est plus pour demain, il est parmi nous. La lumière ne va pas sans l’ombre, celle de l’ignorance et des erreurs, mais aussi celle des mensonges d’Etat, par exemple sur les masques et les tests ou encore sur « le tout est prêt » de l’institution scolaire répété en boucle comme un mantra dans la sphère médiatique aussi bien à la veille des phases de confinement et de dé-confinement qu’à celle de la rentrée de septembre.

Jamais une parole d’autorité ne s’était montrée aussi peu crédible, les sondages d’opinion l’attestent, la panique et l’inquiétude deviennent le lot de consolation de populations déboussolées prêtes à se jeter sur la première molécule venue, dans les bras du premier gourou diplômé ou à suivre le premier poujadiste quérulent expliquant doctement l’inutilité du port du masque ou suggérant que la première vague de Covid-19 n’a pas existé ou qu’elle est une fake news des Chinois, de Poutine ou de Trump, voire du Mossad. Face à ces spectacles affligeants où la parole publique se discrédite, où les « experts » se contemplent eux-mêmes dans leurs querelles de pure prestance, où les médias déversent sans retenue un flot d’informations sans autre garantie que l’effet d’audimat qu’elle produit, le peuple désespère. Un peuple qui désespère est plus dangereux qu’un peuple en colère, il cherche un maitre, n’importe lequel pourvu qu’il lui montre la lune. Or, nos gouvernants regardent le doigt. Heureusement, il reste l’espoir né de l’exigeante éthique des métiers.

L’Appel des appels a défendu cette éthique des métiers. Nous l’avons réclamée, protégée, au moment où les manageurs tentaient de la détruire. Cette liberté, « pouvoir d’agir », nous la réclamions à cor et à cri. Le Covid-19 nous l’a, un temps, restitué, au prix de l’angoisse et de la souffrance. Mais en revenant bien vite et à nouveau nous la confisquer, nous la défendrons encore et encore. L’autonomie des métiers a aussi son poids de chair, sa dette sociale et éthique. Elle exige de l’honnêteté, nous l’avons dit. Donc, elle suppose que nous rappelions les principes cardinaux de cette honnêteté qu’Albert Camus réclamait pour le journalisme : la lucidité, l’ironie, le refus et l’obstination. Ces vertus suppose une capacité de résistance aux enchainements de la haine et de la fatalité que seules des conditions sociales nouvelles pourraient garantir. Sans avoir la prétention de parvenir à les mettre en œuvre dans nos métiers, nous voudrions en faire notre boussole, à distance de l’audimat et des profits immédiats, des habits chamarrés des pouvoirs et des savoirs, des fausses promesses et des menaces plus infantilisantes les unes que les autres, en citoyens libres et responsables nous voudrions débattre sereinement du diagnostic du présent et des perspectives d’avenir. La vérité nous importe et nous nous proposons d’aborder démocratiquement les questions de société, du vivre ensemble, posées par ce virus avec lequel nous cohabiterons peut-être longtemps encore. Celui-là ou un autre, la crise climatique se révélant une fantastique fabrique de microbes par temps d’expansion territoriale et économique.

 

 

 

 

 

 

Organisation du débat du 14 novembre

 

Le débat aura lieu de 15h30 à 18h, par zoom. Voici le lien :

https://us02web.zoom.us/j89084992720pwd=YWJCOSsyRWg0MWNMZ3hrR0tkdjRmUT09

Attention : pour des raisons techniques, seules 100 personnes pourront se connecter en même temps.

Intervenants :

Bruno Chaudret, Chimiste, Directeur de recherche au CNRS et ancien Président du Conseil Scientifique 

Jean-Michel Claverie, Professeur de médecine à l’Université Aix-Marseille, Directeur de l’Institut de Microbiologie de la Méditerranée et du laboratoire Information Génomique et Structurale

 

Roland Gori, Psychanalyste, Professeur émérite de psychopathologie clinique et de psychanalyse à l’Université Aix-Marseille, Président de l’Appel des appels

 

Sylvestre Huet, Historien, Journaliste scientifique à Libération

 

Charles Sylvestre, Journaliste, ancien Rédacteur en chef de l’Humanité et vice-président des Amis de l'Humanité

 

Catherine Vidal, Neurobiologiste, Directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur, membre du comité d'Ethique de l'Inserm

 

Modérateurs : Sébastien Firpi et Fabrice Leroy

 

 

Organisation du débat du 23 janvier

 

 

 

Le débat aura lieu de 15h30 à 18h, par zoom (le lien sera donné ultérieurement)

 

Attention : pour des raisons techniques, seules 100 personnes pourront se connecter en même temps.

 

 

 

Intervenants :

 

 

Frédéric Pierru, Politiste, sociologue, chercheur en sciences sociales et politiques au CNRS Ceraps‑Lille‑II

 

 

Christophe Prudhomme, Médecin au SAMU 93, Hôpital Avicenne, Bobigny, Seine-Saint-Denis

 

 

Patrick Zylberman, Professeur émérite d’histoire de la santé à l’École des hautes études en santé publique

 

 

Et un intervenant dans le champ de l’éducation (à préciser)

 

 

 

 

 

Modérateurs : Sébastien Firpi et Fabrice Leroy