Retrouvez tous les comités locaux de l'Appel des Appels dans toute la France

  • Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Le nouveau monde et la crise des valeurs. Manifeste de soutien aux étudiants et collègues québécois

 

Pour les plus anciens d’entre nous, l’insurrection étudiante au Québec réveille de bien vieux souvenirs. Comparaison n’est pas raison. Il n’empêche.

Un sentiment trouble s’empare de nous, ravive une mémoire à fleur d’actualité, accroît l’espoir et éveille l’attention. Comme en Mai 68, c’est un événement en apparence mineur et bien localisé à la jeunesse étudiante qui déclenche les manifestations. Ici, l’augmentation des droits d’inscription, ailleurs l’exclusion de la Faculté d’un étudiant qui manifestait en faveur du Vietnam, précédée quelques mois plus tôt par une interdiction aux garçons d’accès aux résidences des filles.

Et puis, là bas comme ici, un traitement imbécile, purement administratif, technique et gestionnaire du symptôme, un manque total de lucidité politique. Là bas comme ici, l’ordinaire de la vie quotidienne s’arrête et la crise commence. La crise c’est quand le nouveau monde peine à naître et le vieux monde tarde à mourir. Alors comme dans une connivence involontaire, inconsciente pourrait-on dire, les représentants du « Vieux » Monde aident les accoucheurs du « nouveau » à mettre au jour une crise des « valeurs ». La hausse des droits d’inscription, les lois liberticides du gouvernement Charest, la désorientation et la brutalité des forces de police, conduisent à une nouvelle réflexion sur « le néolibéralisme ».

Une nouvelle génération entre en politique. Elle refuse un monde obsédé par la réussite individuelle pour construire une fraternité nouvelle, un monde ouvert dans lequel chacun puisse accéder aux savoirs et avoir sa place, un monde dans lequel l’ordre n’est pas assuré par la police, mais par le souci du bien commun.

Bien sûr, la crise que cette insurrection annonce, si elle se déroule selon la même logique d’une révolte contre la « religion du marché », ne procède pas des mêmes sacrifices, ne détruit pas les mêmes idoles, ne conteste pas les mêmes rites.

Les rites ont changé et les statues ont été remplacées. Hier, c’étaient les idoles de la société de consommation que l’on jetait à terre, les dignitaires de la société du spectacle et leur ontologie. Hier, les slogans chantaient que le fond de l’air était rouge et que l’on ne saurait perdre sa vie en la gagnant.

Aujourd’hui où l’on risque de la perdre sans la gagner, l’ethos n’est plus le même. C’est contre les valeurs d’un monde qui les traite en surnuméraires et en survivants que les représentants de la jeunesse se révoltent.

Ils refusent que l’universalité du progrès et de la raison passe par le canal des échanges marchands et financiers.

Ils refusent d’entrer dans l’avenir à reculons et exigent qu’on la regarde dans les yeux, que l’on rende des comptes sur l’état du monde et de la nature que nos sociétés leur laissent en héritage, pour l’instant sans testament.

C’est également les rapports entre les composantes culturelles du Québec, du Canada et des États Unis qui se trouvent ici émerger comme le symptôme d’une crise plus profonde des valeurs1. Alors comme le disaient les organisateurs du syndicat étudiant le plus radical : « Après plus de deux mois de grève, ils [les étudiants] réalisent que les droits de scolarité c’est la pointe de l’iceberg, de l’iceberg néo-libéral2 ».

C’est pourquoi nous appelons à signer un manifeste de solidarité et de gratitude envers cette jeunesse québécoise qui refuse de réduire la connaissance aux atouts d’une économie de marché. 

Roland Gori Psychanalyste , Vincent de Gaulejac Sociologue , Barbara Cassin Philosophe , Evelyne Sire-Marin Magistrate, syndicaliste , Marie-José Del Volgo, Médecin

 

1 Pierre Joly, « Manifestations étudiantes au Québec : de « l’enfant-roi » au porteur du rêve », Libération du 11 juin 2012.

2 Texte de la Maison Saint-Jacques (Montréal), site de l’Appel des appels http://www.appeldesappels.org/

  • Le « marché », ses intérêts et sa logique sont maintenant omniprésents dans nos sociétés. Dès lors que la société de marché mise sur un service public, trois effets peuvent survenir : des transformations dans la qualité du service, des...
  • "L’œuvrier" est celui "qui, aujourd’hui, au travail, dans son activité, dans sa vie, est disposé à faire œuvre" quel que soit le domaine, à agir avec art, création, imagination.        
  • A lire dans la revue Politis Dans Manifeste des œuvriers, Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre interrogent les transformations du travail.
  • Interview de Roland Gori dans Télérama.