Donnons-nous les moyens d'arrêter la stigmatisation

Parmi les livres que j'ai édités récemment, l'un m'est particulièrement cher : les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l'islamophobie savante. Dans le dernier numéro de Elle, le rappeur Akhenaton dit qu'il vient de le lire : « Un livre plus qu'utile par les temps qui courent ! » Quand on a présenté le livre à l'Unesco, on a bien vu que le mot d'islamophobie faisait grincer quelques dents, comme si, même savante, elle risquait de faire de l'ombre à l'antisémitisme. Or, dans ce livre, il s'agit de remettre à plat le dossier de la transmission arabe du savoir grec au Moyen Âge, donc de comprendre ce que veut dire « judéo-arabe » et à quelles distorsions excelle tout ce qui s'apparente au révisionnisme. C'est par le biais de réflexions antisémites qu'Hannah Arendt a compris qu'elle était juive. Mon père n'a pas eu de besoin de cela qui (plaise à Éric Zemmour) a changé non pas son prénom mais son nom propre sur sa carte d'identité de Cassin en Gassineau, bien de chez « nous » ! Ce que je veux dire est très simple. Donnons-nous les moyens d'arrêter la stigmatisation. Pour commencer de commencer à l'arrêter 1) diagnostiquons-la correctement 2) mettons-y à l'instant même le paquet en argent et en intelligence. C'est pour la France la priorité des priorités, comme l'est pour le monde le règlement du conflit Israël-Palestine. Philippe Fragione, Italo-Marseillais qui a pris le nom d'Akhénaton, pharaon grâce auquel les juifs s'installent à Canaan, et d'Abd-el Hakim, « serviteur du sage », le rappe ainsi : « La France a besoin de peu pour réveiller c'racisme historique Style ils ont pété le World Trade, ils peuvent niquer ta voiture. » Le questionnaire sur l'identité nationale a fait long feu. Mais on me demande ma « date de naturalisation » sur le questionnaire qui sert à payer une conférence et je lis que l'espace aérien est paralysé par le volcan « comme jamais depuis le 11 septembre », promu étalon de mesure des catastrophes naturelles. J'en ai assez d'avoir honte.

Lire la chronique dans l'Humanité

  • VST, la revue du travail social et de la santé mentale des CEMEA réagit à l'actualité en recueillant des témoignages de professionnels actuellement sur les terrains. Comment les institutions s'organisent-elles pour faire face au coronavirus ? Quelles...
  • RENCONTRES et DÉBATS AUTREMENT organise VISIO-CONFÉRENCE-DÉBAT Vendredi 19 juin, 18H avec Roland GORI  à  propos de son dernier livre : ET SI L’EFFONDREMENT AVAIT DÉJÀ EU LIEU LLL Les Liens qui Libèrent, paru le 3 juin 2020   Vous pouvez...
  • Le psychanalyste Roland Gori, auteur de "Et si l’effondrement avait déjà eu lieu ? L’étrange défaite de nos croyances" (Les Liens Qui Libèrent), est l'invité d'Eric Delvaux. Une émission de France Inter à écouter ici
  • Godart
    Nombreux sont ceux qui désormais se réclament sans cesse "de vérité" ou encore d'"authenticité" pour assoir leur légitimité alors même que se joue une glorification de la transparence. Que ce soit dans le management au coeur des organisations...