La philosophie et l'offre de culture

par Barbara Cassin

La philosophie, sous nos cieux du moins, a toujours eu deux faces, perméables l'une à l'autre.

La première face, c'est la mesure critique du quotidien, un regard distancié, plus ou moins armé conceptuellement, sur ce qui est et ce qui arrive. Ce regard est susceptible du meilleur et du pire. Le pire ? Un mélange d'hyperconformisme (« moraline » docte) et de provoc (Freud démasqué ?) qui peut faire mouche, ou mousse, médiatique, mais dont on a du mal à se passer. Le meilleur ? « Tous les hommes désirent naturellement savoir », grand fleuve tranquille par lequel commence ce qu'on appelle la Métaphysique d'Aristote ; mais aussi, pour moi, Arendt chroniquant le procès Eichmann à rebours des attentes, ou l'Unesco créant un réseau mondial de femmes philosophes pour relier celles qui tentent de poser des questions en Europe, en Afrique ou sous les talibans avec comme première question impertinente : qu'est-ce que le genre a à voir avec la vérité ?

La seconde face, liée, c'est l'histoire de la philosophie. Je sais pourquoi j'ai décidé de « faire » de la philosophie : j'ai trouvé stupéfiant, en classe de philosophie, que l'on puisse se demander si Dieu/des dieux existent, ou qu'est-ce que penser. Encore plus stupéfiant que l'on instruise ces questions à partir de la manière dont les autres, ceux d'ailleurs et ceux d'avant, des présocratiques à la triade d'alors Nietzsche-Marx-Freud, les ont posées et travaillées. Et définitivement magnifique que lire et penser ainsi avec d'autres puisse devenir une profession avoir pour métier sa passion, disait Merleau-Ponty.

La culture, c'est ce que l'on offre. C'est ce qui vous intéresse sans que vous puissiez vous y attendre. C'est parce que l'on offre du théâtre ou de la philosophie que le théâtre ou la philosophie peuvent déterminer la vie de quelques jeunes gens qui n'en ont jamais entendu parler. L'offre, et non la demande, voilà évidemment ce qui définit une politique culturelle.

Lire l'article sur le site de l'Humanité

  • Lettre ouverte : Inquiétudes à propos de la Plateforme Prévention et Soins en Orthophonie / allo-ortho.com
  • Rencontre avec Roland Gori autour de son dernier ouvrage "Et si l'effondrement avait déjà eu lieu - L'étrange défaite de nos croyances"   Vidéo de l'entretien à visionner en cliquant ici
  • VST, la revue du travail social et de la santé mentale des CEMEA réagit à l'actualité en recueillant des témoignages de professionnels actuellement sur les terrains. Comment les institutions s'organisent-elles pour faire face au coronavirus ? Quelles...
  • RENCONTRES et DÉBATS AUTREMENT organise VISIO-CONFÉRENCE-DÉBAT Vendredi 19 juin, 18H avec Roland GORI  à  propos de son dernier livre : ET SI L’EFFONDREMENT AVAIT DÉJÀ EU LIEU LLL Les Liens qui Libèrent, paru le 3 juin 2020   Vous pouvez...