Plus d'une langue : éloge de la traduction

par Barbara Cassin

Quand on dit « bonjour » ou « good morning », on souhaite que la journée soit bonne. Quand les Grecs se saluaient, ils disaient « Khaire », « jouis », réjouis-toi de la beauté du monde dont tu fais partie. Les Latins disaient plutôt « vale », « sois en bonne santé ». En arabe, en hébreu, on fait v%oe%u que « la paix soit avec toi ». En mandarin, paraît-il, on demande : « As-tu mangé ? » C'est toujours bonjour, mais on n'ouvre pas le monde de la même manière. Il y a quelques jours, j'ai fait une « petite conférence » au Nouveau Théâtre de Montreuil devant deux bonnes centaines d'enfants, sur : « Pourquoi parler une autre langue ? » J'ai commencé en demandant combien parlaient plusieurs langues. La moitié des mains se sont levées. C'est une grande chance que de parler plusieurs langues. Au moins, on ne peut pas avoir l'illusion que la langue dans laquelle on naît soit (ou pire : doive être) la langue universelle. Contrairement aux Grecs justement qui, sous hellenizein, « parler grec », entendaient en même temps « parler correctement », « être cultivé », « être capable de penser », bref : être un homme et pas un « barbare » qui fait « bla-bla-bla », du bruit avec sa bouche Il faut aimer au moins deux langues pour savoir que c'est une langue, entre autres, que l'on parle.

Or, une langue n'est pas seulement un instrument de communication, un service ; ce n'est pas non plus seulement un patrimoine, une identité à préserver. Chaque langue est un filet jeté sur le monde, elle n'existe que dans son interaction avec les autres. C'est pourquoi il faut en respecter plus d'une. Ce respect porte un nom : la traduction. Traduire, c'est aller voir ailleurs, et se voir soi-même depuis ailleurs.

Si j'avais une seule recommandation à faire d'enseignante et de philosophe, je dirais même une seule recommandation de politique et de morale, ce serait celle-ci : apprendre à traduire. Donc à lire, à comprendre, à comparer, à mettre en relation. Traduire doit faire partie des fondamentaux.

Lire la chronique dans l'Humanité

  • Lettre ouverte : Inquiétudes à propos de la Plateforme Prévention et Soins en Orthophonie / allo-ortho.com
  • Rencontre avec Roland Gori autour de son dernier ouvrage "Et si l'effondrement avait déjà eu lieu - L'étrange défaite de nos croyances"   Vidéo de l'entretien à visionner en cliquant ici
  • VST, la revue du travail social et de la santé mentale des CEMEA réagit à l'actualité en recueillant des témoignages de professionnels actuellement sur les terrains. Comment les institutions s'organisent-elles pour faire face au coronavirus ? Quelles...
  • RENCONTRES et DÉBATS AUTREMENT organise VISIO-CONFÉRENCE-DÉBAT Vendredi 19 juin, 18H avec Roland GORI  à  propos de son dernier livre : ET SI L’EFFONDREMENT AVAIT DÉJÀ EU LIEU LLL Les Liens qui Libèrent, paru le 3 juin 2020   Vous pouvez...