• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

"La démocratie est-elle soluble dans le numérique ?" - Conférence de Roland Gori

Université Paris I, Amphithéâtre III, Mercredi 28 février 16h30.

12 place du Panthéon, Paris 75005

Organisée par l'Association des Droits de l'Homme de la Sorbonne (ADHS)

Dans le cadre du Forum étudiant des droits de l’Homme (FEDH) dont le sujet est le droit au bonheur, l’association des droits de l’Homme de la Sorbonne (ADHS) organise une conférence avec Roland Gori le mercredi 28 février à 16h30 dans l'amphithéâtre III au centre Panthéon.

Le conférencier, à distance des techno-phobies réactionnaires, analyse les impensés subjectifs, sociaux et politiques des usages des nouvelles technologies numériques. Il montre que l’humain, aujourd’hui, en « mangeant » du numérique, son langage, sa grammaire où la forme et la syntaxe prévalent sur le sens, façonne sa subjectivité. Ce dont témoigne la clinique de nouveaux symptômes. L’addiction à communiquer tend à récuser la place et la fonction de l’Autre. Hyper-connectés mais isolés, l’homme néolibéral se trouve ainsi exposé au risque d’un nouveau totalitarisme.

The author, at a distance from reactionary techno-phobias, analyzes the subjective, social and political unthought of the uses of new digital technologies. He shows that the human, today, by "eating" of the digital, his language, his grammar where form and syntax prevail over the meaning, shapes his subjectivity. What the clinic shows new symptoms. Addiction to communicate tends to challenge the place and function of the Other. Hyper-connected but lonely, the neoliberal man is thus exposedu to the risk of a new totalitarianism.

On vous attend nombreux !

L’équipe de l’ADHS

Par Roland Gori, à lire dans Libération