• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Hommage à l’oeuvrier Armand Gatti

Mercredi 19 avril. 18 h 30
la Parole errante a Montreuil.
9 Rue François Debergue.
Métro Croix de Chavaux.

Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décéder. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril prochain, et sa disparition le 6, ses obsèques, le 13 au crématorium du Père Lachaise.
Le 17 décembre dernier, accueillant dans sa Maison de la parole errante les auteurs d’un « Manifeste des oeuvriers », Roland Gori, Bernard Lubat et Charles Silvestre, pour ce qui n’était alors qu’un projet, il avait souhaité que la parution de l’ouvrage soit marquée par une rencontre dans son lieu d’élection. Pour la parution du livre le mercredi 19 avril.
Fallait-il, Gatti disparu, maintenir le rendez-vous ? Plus que jamais, a répondu Jean-Jacques Hocquard, le fidèle, comme on dit chez Shakespeare. Mais ce n’est pas que pour le principe. Il n’y a pas plus oeuvrier que Gatti, oeuvrier par son œuvre, à l’incroyable densité, oeuvrier dans sa vie sans égale et jusqu’au bout. Sa réflexion préférée, face à la moindre épreuve, était de lancer à son compagnon : « allez, on repart au combat ! »
Le livre, publié le jour-même par Actes Sud et les Liens qui Libèrent, sera là. Mais, c’est essentiellement un hommage qui sera rendu au poète, au résistant de son film sublime « L’Enclos », au journaliste, prix Albert Londres 1954, au dramaturge, dont l’une des premières œuvres-chocs, au théâtre, « La vie imaginaire de l’éboueur Auguste G », transformait la réalité sociale de ses parents, balayeur et femme de ménage, en une fiction aussi riche que bouleversante.
Le 19 avril les auteurs du « Manifeste », les Amis de l’Humanité, et tous ceux qui voudront bien se joindre à eux, salueront cet intrépide qui aura donné à ce mot d’oeuvrier, ses lettres de noblesse, au sens littéral de l’expression.
Charles Silvestre vice-président des amis de l’Humanité

Par Roland Gori, à lire dans Libération