• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

La région Sud Provence veut-elle la mort de la poésie ?

Depuis 1993, les éditions Fidel Anthelme X ont publié des poètes majeurs, inventé une relation privilégiée entre la poésie contemporaine et les luttes sociales. Solidaires les auteurs s'insurgent face du scandale que constitue cette décision indigne.    

 

    

Lire l’intégralité sur le blog de François Bernheim

 

 

    

Combien de femmes et d’hommes assassine-t-on  quand on assassine la poésie ?

Pour nous, comme pour des millions d’individus, toutes classes sociales confondues, la poésie est une denrée aussi essentielle, que l’air que nous respirons. Elle n’est un luxe que pour les rimailleurs de salon incapables de saisir la beauté sauvage du monde. A Marseille les éditions Fidel Anthelme X animées par Frédérique Guétat Liviani Maurel assurent depuis 1993 une mission de service poétique de haut niveau fortement impliquée sur le terrain des luttes sociales. La région Sud Provence (ex Alpes côte d’azur) vient de lui couper les vivres, pire les équarisseurs lui réclament même de l’argent. Que personne ne s’y trompe, assassiner une petite maison d’édition est un premier pas, une sorte de test, avant d’élargir le champ des méfaits. Cela signifie simplement qu’il y a obligation de réagir, moins pour soutenir une belle cause que pour fermer la porte à notre propre destruction. La cause des réfugiés et cette cause- ci à sont les mêmes. Partout où l’humanité est attaquée, il faut la défendre. Les auteurs publiés par Fidel Anthelme X le font avec rage et détermination. François Bernheim

Par Roland Gori, à lire dans Libération