• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Manifeste pour une vraie politique de l'enfance

Un "coup de gueule" publié par Patrick Ben Soussan.

Chez Erès.

Le mythe est vieux comme le monde et il a survécu

 

 

de formatage des poupards du XXIe siècle.

 

Ce manifeste dit haut et fort qu’il faut cesser

d’embarquer l’enfance dans ces politiques de la peur

et de la culpabilité aujourd’hui si largement

conduites. Qu’il faut laisser aux enfants leur temps

d’enfance, un temps hasardeux, riche d’improbables

fortunes et d’ahurissantes métamorphoses.

 

 

à toutes les révolutions éducatives, de Rousseau

au bon docteur Spock : toute enfance est à façonner.

 

Plus encore, à contraindre.

Depuis quelques années, notre civilisation du malaise

a créé une nouvelle effigie de l’enfance : de plus

en plus nombreux seraient les sauvageons, recensés

dès la crèche, caïds des cours de récré des écoles

maternelles, enfants rois sans bornes et sans limites,

ne respectant rien ni personne, voire maltraitants

à l’égard de ceux qui les élèvent ou les éduquent.

Ces nouveaux enfants terribles qui semblent

émerger dans l’espace social existent-ils vraiment ?

Le danger qu’ils représentent pour notre si chère

société libérale avancée requiert-il autant de décrets,

d’arrêtés, de rapports, de mesures de prévention

«musclée » qui sont autant de vélléités de façonnage,

Par Roland Gori, à lire dans Libération