• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Le gouvernement passe à l'offensive pour supprimer sans débat public la spécialisation de la justice des mineurs.
Une fois encore, dans la foulée d'un autre projet, il veut faire passer une réforme structurelle concernant les mineurs.
Mais cette fois ci, les propositions reprennent l'essentiel des propositions VARINARD et prévoient entre autres :
- L'extension des CJ (Contrôles Judiciaires) pour placement en CEF (Centre Educatif Fermé) en matière délictuelle pour les primo-délinquants de 13 ans
- Une juridiction d'exception pour les plus de 16 ans : le tribunal correctionnel des majeurs avec possibilité de jurés populaires
Vous trouverez ci-dessous le document d'analyse de ce projet qui passe actuellement en procédure d'urgence au Parlement édité par le SNPES-PJJ/FSU

Une rencontre-débat aura lieu autour du dernier livre de Roland Gori "De quoi la psychanalyse est-elle le nom ? Démocratie et subjectivité", le mercredi 25 mai à 20 h, à la maison populaire, 9 bis rue Dombasle - 93100 Montreuil
Tél.  01 42 87 08 68    

Ce colloque évoquera la question de la crise, non spécifiquement celles économique, sociale ou écologique, mais celle qui les sous-tend : la crise des valeurs et de nos représentations.
Nous vivons en effet un paradoxe : alors que dans tous les domaines du savoir, de la physique à la biologie, des sciences sociales à la psychanalyse, de l’économie aux questions environnementales, les liens ou les interactions sont considérés comme constitutifs de toutes les expressions de la réalité, notre société est marquée du sceau de la déliaison : financiarisation de l’économie, marchandisation des relations humaines ou du vivant, croyance en l’auto-détermination de l’individu, biologisation des comportements, crise de la solidarité sociale ou du lien démocratique….

Voici la retranscription de l'atelier "Evaluation et servitude volontaire" qui s'est déroulé lors de la journée du 17 novembre 2010 "L'amour du métier" de l'Appel des appels.

Les retranscriptions d'autres ateliers suivront au fur et à mesure de l'avancée du travail.

 

LE FIL Rouge
Nous avons tous, nos réflexes, nos tics et nos tocs, nos approches d’un langage que nous pensons communs. Nous nous côtoyons sans savoir nous parler avec parfois une surdité communautariste et une cécité de l’Autre.
La méthode très simple de l idéologie qui nous traverse est de s’appuyer sur ces divisions pour empêcher toute construction collective, accentuer différences et conflits, pour nous isoler.
Ici nous prouverons le contraire.