• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

"Contre les nouvelles servitudes volontaires, Roland Gori signe un manifeste pour l’émancipation humaine", par Michel Guilloux, L'Humanité.

"Insoumission accomplie", par Eric Loret, Libération.

Faut Il renoncer

Ouvrage à paraître le 5/02/2014, aux éditions Les Liens qui Libèrent.

A lire aussi ici.

 

La promesse de bonheur faite aux peuples et aux individus constitue, à l’instar des religions et des idéologies, un opium qui les prive de leur liberté.  En les berçant avec la vieille chanson de l’abondance et du bien-être, en les insérant toujours plus dans des réseaux de surveillance et de contrôle au motif de les protéger des risques et des dangers, le pouvoir démocratique contraint les citoyens à abandonner leurs libertés publiques au profit de l’automatisme  des procédures. Les nouvelles technologies installent et légitiment un système politique et culturel qui menace la démocratie et favorise l’impérialisme du marché.

Initiative pour la création d'un Conseil National de l'Enfance et d'une Instance Interministérielle à l'Enfance
A lire ici.

(D)Évaluation : Reste t-il un espace de parole qui résiste aux chiffres ?

Nous vivons dans une société où tout doit être évalué afin d’être traité, classé, géré. Mais peut-on appliquer cette logique à l’Homme dans les institutions sociales, l’entreprise, le monde médical... ? Peut-on transformer la souffrance en simples données, en diagnostic chiffré, sans risquer de perdre l’essentiel en route : nos singularités, nos histoires personnelles, ce qui fait notre humanité ? Cette évaluation à tout prix, sous prétexte d’efficacité et sous couvert de compassion, n’aurait-elle pas la soumission pour mobile et la peur pour conséquence ?

Le 12 février 2014 de 18.00 à 20.00, Faculté d'Aix-en-Provence, Amphi Guyon.

Débat avec Roland Gori, animé par Marie-José Pahin avec la participation de Christian Bonnet, au sujet de son dernier livre  : "La fabrique des imposteurs".

Par Roland Gori, à lire dans Libération