• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

A lire dans  l'Humanité.

Les Éditions Fayard ont publié récemment la correspondance entre Freud et sa fille Anna. Environ 300 lettres jusqu’alors inédites, qui témoignent de ce que la psychanalyse, comme l’explique ci-dessous Roland Gori, est aussi une « affaire personnelle ».

Dans le cadre du spectacle LE JOURNAL D’UN FOU
Samedi 24 novembre (avant la représentation du Journal d’un fou)

à 17h, au Gyptis - Entrée libre durée approximative 1h30 / 2h

RENCONTRE avec Roland Gori,

autour de son dernier ouvrage La Dignité de penser.

La France qui se lève tôt a-t-elle encore le temps de raconter sa vie, son histoire et ses rêves ?

LECTURE d’extraits de cet ouvrage par Françoise Chatôt.

Mal-être au travail

Par Vincent de Gaulejac et Antoine Mercier.

En librairie le 5 novembre 2012.

C’est un fait, le mal-être au travail est devenu un lieu commun et malheureusement une

réalité qui touche tout le monde et partout, tant dans le secteur privé que dans le public.

 

"Un monde sans humains ?", film de Philippe Borrel, sera diffusé lors de la journée du 27 octobre organisée par l'Appel des appels.
Il passera aussi ce mardi à 20h50 sur Arte !

 

Madame la directrice générale,

Suite à la constatation subie sans accord de notre part, du relais médiatique donné à notre démission de l’hôpital Saint Antoine, hôpital de l’Assistance Publique- hôpitaux de Paris, nous ressentons l’obligation de vous en exprimer publiquement les raisons, espérant que notre attitude pourrait permettre de réfléchir à des modifications qui nous apparaissent comme salutaires et indispensables dans le mode de fonctionnement actuel de l’hôpital public.

Par Roland Gori, à lire dans Libération