• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

A lire aussi ici.

 

Mauvais départ pour Campus France. Après deux mois d'activité, cette nouvelle agence, créée par le précédent gouvernement et dont l'objet est de promouvoir l'enseignement supérieur français dans le monde, multiplie les ratés dans l'accueil des étudiants étrangers. Ses prétentions financières et la qualité discutée de ses prestations, auxquelles s'ajoutent la politique restrictive de visas et les tracasseries administratives faites aux étudiants étrangers non européens, ne sont-elles pas plutôt en train de les faire fuir ?

Un article de Nicole Delépine, à lire sur Atlantico.fr

Depuis que l'hôpital est géré comme une entreprise, la rentabilité est désormais le plus important. Les malades mais aussi le personnel soignant sont passés aux oubliettes et la qualité des hôpitaux français pourrait bien s'en faire ressentir.

breveon269.jpg

Une souscription est lancée pour soutenir la publication du livre "Education populaire. Une utopie d'avenir".

Pour plus d'information, rendez-vous chez nos amis de la revue Cassandre/Horschamp.

A lire dans  l'Humanité.

Les Éditions Fayard ont publié récemment la correspondance entre Freud et sa fille Anna. Environ 300 lettres jusqu’alors inédites, qui témoignent de ce que la psychanalyse, comme l’explique ci-dessous Roland Gori, est aussi une « affaire personnelle ».

Dans le cadre du spectacle LE JOURNAL D’UN FOU
Samedi 24 novembre (avant la représentation du Journal d’un fou)

à 17h, au Gyptis - Entrée libre durée approximative 1h30 / 2h

RENCONTRE avec Roland Gori,

autour de son dernier ouvrage La Dignité de penser.

La France qui se lève tôt a-t-elle encore le temps de raconter sa vie, son histoire et ses rêves ?

LECTURE d’extraits de cet ouvrage par Françoise Chatôt.