• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Roland Gori et Frédéric Pierru font, dans cette tribune, une critique sans appel d'un champ politique paralysé par le règne de la « com’ » et devenu incapable de répondre à la faim de rêves et d’utopies des citoyens.

Manifeste des oeuvriers

Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe, qui se bat, fort de la solidarité qui s’offre à qui sait la chercher. Ce manifeste revendique la place de l'homme au centre des activités de production et création, pour lutter contre la normalisation technocratique et financière.
                         

Une vidéo à regarder sur le site de l'émission "des mots de minuit"

Deuxième partie de l'émission.

"L’obsession de la rentabilité à grand renfort de technique nous déshumanise." Pour Roland Gori le néolibéralisme engendre du fanatisme. Il est urgent de redonner du sens à nos vies.

Mercredi 19 avril. 18 h 30
la Parole errante a Montreuil.
9 Rue François Debergue.
Métro Croix de Chavaux.

Par Roland Gori, à lire dans Libération