• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Sorbonne, Amphithéâtre Durkheim Jeudi 6 juin 19h-21h PHILéPOL, (Philosophie, épistémologie et politique) Directeur : Pr. Yves Charles Zarka Université Paris Descartes

A lire et signer ici.

La fin d'une exception culturelle !Le magazine culturel "Des Mots de Minuit" présenté depuis 13 ans par Philippe Lefait le mercredi soir sur France 2 ne sera plus à l'antenne à la rentrée. C'est ce qu'a décidé la direction de France Télévisions qui avance des arguments budgétaires.

Texte commun FCPE – FNAME- FNAREN Avec le soutien de l’AFPEN 

A l’heure où le projet de Loi de programmation et d’orientation pour l’Ecole est soumis à l’examen des parlementaires, la FCPE, la FNAME et la FNAREN, pleinement investies dans le chantier de la Refondation, rappellent leur engagement dans la mise en oeuvre d’une école bienveillante et prévenante pour la réussite de tous.

A lire aussi ici.

 

Madame la ministre, Je viens de recevoir votre appel à soutenir votre candidature à la mairie de Marseille, sur la boite mail de l’association que j’ai créée,  La main à l’oreille. La main à l’oreille est née en 2012, année consacrée à l’autisme Grande cause nationale, pour porter une parole autre : nous refusons de réduire l’autisme à la seule dimension déficitaire et sa prise en charge à la seule approche rééducative, nous voulons promouvoir la place des personnes autistes dans la Cité, sans nous référer à une norme sociale ou comportementale.

Par Roland Gori, à lire dans Libération