• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...
Initiative pour la création d'un Conseil National de l'Enfance et d'une Instance Interministérielle à l'Enfance
A lire ici.

(D)Évaluation : Reste t-il un espace de parole qui résiste aux chiffres ?

Nous vivons dans une société où tout doit être évalué afin d’être traité, classé, géré. Mais peut-on appliquer cette logique à l’Homme dans les institutions sociales, l’entreprise, le monde médical... ? Peut-on transformer la souffrance en simples données, en diagnostic chiffré, sans risquer de perdre l’essentiel en route : nos singularités, nos histoires personnelles, ce qui fait notre humanité ? Cette évaluation à tout prix, sous prétexte d’efficacité et sous couvert de compassion, n’aurait-elle pas la soumission pour mobile et la peur pour conséquence ?

Le 12 février 2014 de 18.00 à 20.00, Faculté d'Aix-en-Provence, Amphi Guyon.

Débat avec Roland Gori, animé par Marie-José Pahin avec la participation de Christian Bonnet, au sujet de son dernier livre  : "La fabrique des imposteurs".

Une vidéo prise lors de la soirée du 13 janvier au Toursky, à Marseilles.

Le lundi 13 janvier 2014 à 19 heures au Théâtre Toursky :
 
 Jean Jaurès, une grande voix.

Par Roland Gori, à lire dans Libération