Le film suit la vie quotidienne d’anciens détenus, dont trois ayant passé plus de trente ans en prison. Il interroge aussi ceux qui, au sein de l’association Gare BTT, accompagnent depuis quatre décennies ces hommes que le système laisse sortir sans autre forme de procès que de les contraindre à se réinsérer. A chacun, il venait d’être signifié le fameux« Au nom de la loi, je vous libère » ; pour tous, c’est peut-être la première fois depuis longtemps, qu’ils ne sont plus réduits à ce qu’ils ont commis, mais qu’ils sont considérés en fonction de la personne qu’ils pourraient devenir.

 

 

La Covid-19 a remis en cause bien des certitudes. Avec la privation de certaines libertés, l’effondrement de la crédibilité de nos gouvernants, le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus instable. Décryptage d’une crise inédite avec le psychanalyste et essayiste Roland Gori, auteur du livre Et si l’effondrement avait déjà eu lieu (éditions les liens qui libèrent, 2020).

Appel du Collectif Grand Est pour la défense du secteur médico-social

Les enfants naufragés du néolibéralisme - Danièle Epstein

Préface de Roland GORI

Croissance et opulence sont la face éclairée d’un monde de dénuement. Comment aider les plus vulnérables de nos jeunes à prendre leur place dans un monde désenchanté ?

Roland Gori est psychanalyste, auteur de nombreux essais traitant des rapports entre médecine et société, et critiquant certaines dérives scientistes dans les sciences médicales et humaines. Il est notamment l’un des initiateurs de l’Appel des appels, lancé afin de « résister à la destruction volontaire et systématique de tout ce qui tisse le lien social ». Il est aujourd’hui président de son association, et a publié le livre « Et si l’effondrement avait déjà eu lieu : L’étrange défaite de nos croyance » (éditions Les Liens qui Libèrent, 2020). Nous en avons profité pour lui poser quelques questions à propos du traitement politique de la crise sanitaire.

Par Roland Gori, à lire dans Libération