• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

De quoi la psychanalyse est-elle le nom?

Journée de travail autour du livre de Roland Gori le 12 mars à Nice

Doit-on dépister les schizophrènes dangereux comme on dépiste le diabète? Doit-on soigner sans consentement les malades mentaux soupçonnés de présenter un danger pour euxmêmes ou autrui? L'imagerie médicale du cerveau dit-elle la vérité? Devrait-on y soumettre les prévenus, les conjoints adultères et les employés soupçonnés d'indélicatesse? Autant de questions que nos sociétés abordent par le fait divers et les émotions collectives pour ne pas avoir à y réfléchir. Face à une logique de l'audimat qui ne cesse de gagner du terrain, face à une régression sécuritaire qui atteint la vie politique, mais aussi la justice, l'école et la santé, la psychanalyse apparaît comme un antidote. Elle résiste aux nouvelles idéologies de la résignation en reconnaissant à l'humain sa dimension tragique, conflictuelle, singulière autant qu'imprévisible. Confrontés aux nouveaux cyniques qui veulent en finir avec elle et avec la culture qui en est issue, il nous importe plus que jamais de savoir de quoi la psychanalyse est le nom.

Résister et enseigner de façon éthique et responsable

Livre d'Alain Refalo, à paraître le 15 mars

Les contre-réformes appliquées à l’école publique depuis 2008 déconstruisent méthodiquement ses fondements, ses valeurs et ses missions. Face à cet immense défi, un mouvement de résistance d’une ampleur inégalée dans l’Education Nationale s’est développé chez les enseignants du primaire qui n’ont pas voulu devenir les complices de cette politique destructrice du service public d’éducation.

Le patient est une personne qui parle et qui désire

Par Etienne RABOUIN, Psychanalyste et psychologue Clinicien en CMPP à Brest, Signataire de l’Appel des Appels

Pour appréhender la prise de conscience des professionnels de la santé mentale dans la mobilisation d’aujourd’hui, il faudrait reprendre tout l’historique du dé-lit-ement délirant de la psychiatrie et des références médicales depuis les années 1980. Nous avons vu venir trop tard la portée de ces réformes, en particulier de celle portant sur la santé mentale, et avons été aveugles jusqu’en 2004. Cependant, quand nous avons commencé à sortir de notre clinique quotidienne pour avoir une analyse plus globale, nous nous sommes rendu compte que le moment de ce changement d’idéologie et de visée de l’humain a vraiment commencé dès 1982.

L'enfance sous contrôle

La délinquance est-elle une maladie? La science et la médecine peuvent-elles répondre à des questions qui, jier encore, relevaient de l'éducatif et du social?
Le documentaire de Marie-Pierre Jaury (Le point du jour/CNRS images, 2008) "L'enfance sous contrôle" sera diffusé le lundi 21 mars à 22h30 sur LCP (La chaîne parlementaire). Cette diffusion sera suivie de 5 autres diffusions étalées sur deux semaines jusqu'au dimanche 3 avril.

Le comité local de Lyon organise une conférence-débat avec Roland Gori le samedi 9 Avril 2011 à 18h30 : "La démocratie est-elle au bout du rouleau ?"

MJC de Saint Just
6 Rue des Fossés de Trion
69005 Lyon - Métro St Just
PAF : 4€
Gratuit pour les étudiants et demandeurs d’emploi
Réservation auprès de la MJC : 04 72 32 16 33

Par Roland Gori, à lire dans Libération