• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Mardi 13 octobre, le sociologue et philosophe Edgar Morin, auteur de La Méthode et de La Voie sera rédacteur en chef d'un jour de l'Humanité...
Avec Roland Gori, Pascale Fautrier, Roger Martelli, Ernest Pignon-Ernest, Michèle Riot-Sarcey, Monique et Michel Pinçon-Charlot, Lucien Sève, Christian Laval, Pierre Dardot, Paul Ariés, Laurence De Cock, Nicolas Offenstadt, Bernard Stiegler, Philippe Corcuff, Pierre Serna, Louis Weber, Jean-Pierre Kahane, Henri Sterdyniak, Willy Pelletier, Evariste Sanchez Palencia, Blaise Dufal, Juliette Grange, Ludivine Bantigny, Déborah Cohen, Cécile Gintrac, Irène Peireira, Guillaume Roubaud-Quashie, Philippe Marlière. Et Nicolas DUTENT de la rubrique Idées de l'Humanité...

De la « philosophie Nutella » d’Onfray (Libération du 2 octobre) à « Jacques Sapir à droite toutes » (Mediapart du 27 juillet), le tapage médiatique fait autour de ces « intellectuels » à la dérive se révèle davantage comme le symptôme d’une crise du politique qu’il n’y apporte une solution

A propos de son dernier livre "L'individu ingouvernable".

Émission à écouter en cliquant ici.

 

 

Bruel

Soixante-dix ans après l'ordonnance du 2 février 1945, Alain Bruel repense les évolutions et les pratiques de la justice des mineurs. En effet, depuis une vingtaine d'années, une politique conservatrice et autoritaire gomme la spécificité de la juridiction spécialisée des mineurs, éloigne le judiciaire de l'éducatif et procède à une administration normative de masse de la délinquance juvénile.

Petition à lire et signer ici

En France, chaque jour, on enferme, on immobilise, on attache, on sangle, des personnes malades.


Ces pratiques de contention physique d’un autre âge se déroulent quotidiennement dans ce pays.

Par Roland Gori, à lire dans Libération