• Un monde sans esprit
    Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui...
  • Manifeste ADA
    Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d'abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance...
  • Ingouvernable
    L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles...
  • Manifeste des oeuvriers
    Le désir de retour à l’œuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l’humain qu’on soigne, qu’on éduque, à qui on rend justice, qui s’informe, qui se cultive, qui joue, qui s’associe,...

Journée d’échanges et de réflexion

Samedi 24 mars 2012

 

Bourse du travail, 26 rue BODIN, Périgueux

de 9h30 à 20h

 

« Comment remettre l’humain au coeur de nos métiers ? »

 

 

L’accés aux soins de proximité

Ce que nous voulons :

- l’accès aux soins pour toutes et tous partout et à tout instant.

Ce que nous refusons:

- toutes les mesures qui tendent à la sélection et à l’exclusion

des patients,

- les franchises et autres forfaits,

- les dépassements d’honoraires,

- le déremboursement des médicaments,

- les restrictions croissantes sur les Affections de Longue

Durée (ALD) telle que l’hypertension artérielle sévère,

- les restrictions sur la Couverture Maladie Universelle

(CMU) et l’Aide Médicale d’Etat (AME).

Avec 6,6 millions d’euros de déficit, la maternité parisienne des Bluets survit grâce à une avance de trésorerie. Syndicats et associatifs se mobilisent. Une mission d’appui de l’ARS a été créée.

Le 24 mars 2012 de 9h à 19h à la Halle aux farines
Université Paris-Diderot (13e arrondissement).

 

Lors du 2e Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD) qui s’est tenu à Dakar en février 2011 est apparu de façon claire – pour les acteurs de la société civile comme pour les chercheurs et universitaires présents – le besoin d’instaurer un dialogue « de communauté à communauté ».

Par Roland Gori, à lire dans Libération